FESTIVAL SUR LE MILO : Tout ou plusieurs en un (01)!(Par Souleymane Doumbouya)

Festival sur le Milo à Kankan, deuxième édition . Thème : Eau, culture traditionnelle et vivre ensemble pour le développement durable.

Félicitations à mon jeune frère Sansy Kaba apparemment qui devient l’un des plus grands “alchimistes du développement endogène”! Un adage de chez moi dit : la lame du couteau a beau être très tranchante, ne pourra jamais se limer elle-même. Quand c’est bon, c’est bon! N’ayons pas ce complexe nous intellectuels, d’encourager les gens dans leurs belles initiatives.

En effet, après “Conakry Capitale mondiale du livre” voici, “Le festival sur le Milo” qui fait son petit bonhomme de chemin. Une occasion vraiment manquée par les hautes autorités de la Transition pour donner un sens à un des cinq (05) axes stratégiques en la valeur: RASSEMBLEMENT ! Ce peuple est certes divisé politiquement mais culturellement unifié et unique.

Par ailleurs, voire une telle autorité morale et culturelle , El hadj Alseny BARRY, précisément, Président des Fulbés et Hali-pular est tout un symbole qui aurait pu être mis à profit pour contribuer à cimenter cette communauté de destin qu’ont ces populations vivant sur un même territoire national qui s’appelle : la Guinée.

Que dire de la vitesse grand “V” de l’internationalisation d’un festival qui vient juste de naître ? Si le Niger a ses fêtes “de cure salée”, le Brésil ses somptueux carnavals, la côte d’Ivoire son festival de Anoumambo,…désormais, la Ville de Kankan a son festival sur le Milo! Kankan qu’on pourrait à l’image de ce qu’est le Nil pour l’Égypte des Pharaons, considéré (Kankan) comme un don du Milo!

A lire aussi :   Dernière minute : Des parlementaires européens à l'assemblée nationale Guinéenne

Désormais, travaillons tous à la consolidation et au rayonnement de telles initiatives. Et, je sollicite du Projet National Branding logé ou hébergé à la Présidence de la République de Guinée, de soutenir au moins quelques initiatives privées de ce genre auxquelles on pourrait y attacher “la cause d’utilité publique ” et cela au regard de tout le potentiel touristique à mettre en valeur avec toutes ses fêtes de marres dans la zone et de celle de la récolte de la tubercule considérée comme REINE : l’IGNAME ou le “KAPÈRÈ” si cher à mes esclaves peuls! Lol

Félicitations à vous petit frère et neveu Mohamed Hawa Touré (un des organisateurs) pour le coup de maître dans l’organisation de ce festival.

Souleymane DOUMBOUYA