Attention aux menaces des eaux de pluie sur des espaces publics et les habitations dans le grand Conakry(Par Balla Moussa Konaté)

Les constats et les prévisions sont deux valeurs assez importantes dans la recherche des solutions à la problématique de gestion des pluies, en particulier en sa période très élevée dans grand Conakry.

Cet espace urbain ne fait que s’élargir au délà de la ville de Dubréka et de Coyah. Cependant, dans la plupart des cas, à part les seuls lotissements, il n’a pas été observé d’autres précautions techniques basiques et prévisionnelles notamment en matière de gestion des eaux pluviales dont le rythme très élevé est connu de tous. In fine, nos ouvrages techniques de rispote sont en partie défavorablement disproportionnés par rapport aux défis permanents à rélever. Malheureusement aussi, une partie de nos populations alourdit cet état de fait par des constructions anarchiques et des occupations inappropriées sur certains espaces comme l’emprise de cours d’eau et sur plusieurs ouvrages d’assainissement en les empêchant de fonctionner normalement.

Au regard de tout ce qui précède, nos approches de solution doivent être à la fois efficientes et inscrites pour le long terme. Ces solutions sont à la fois techniques, institutionnelles et sur le plan de l’enracinement dans nos populations de la culture de bon cadre de vie pour tous en milieu urbain.

De façon non exhaustive, je préfère citer ici quelques approches techniques de renforcement de capacité d’actions:

☆ Mûrir et matérialiser clairement un plan directeur d’assainissement en eau pluviale pour chaque commune urbaine dans grand Conakry, avec donc des types d’ouvrage qui conviennent pour chaque cas;

☆ Identifier et responsabiliser pleinement les services de prise de décisions idoines pour l’exécution des tâches et leur préservation avec obligation de résultats probants;

A lire aussi :   Guinée/Alerte : Des désagréables découvertes dans nos pains!

☆ Éviter les conflits de compétence entre les différentes structures qui interviennent sur les voies.publiques (routes, téléphonies, adduction d’eau, commerces, ANASP, administration du territoire et surtout habitat et urbanisme, etc…). Vu leur interdépendance dans les actions, leur franche collaboration est indispensable pour l’atteinte des objectifs communs de bonheur pour tous.

☆ Cependant, chacun en ce qui le concerne doitt être capable d’offrir une bonne qualité de son service;

▪︎ Pour le cas de l’évacuation des eaux de pluie (c’est à dire pas seulement sur la chaussée), les caniveaux le long de nos routes doivent être globalement conçus à la fois à la récupération des eaux sur la plate-forme routière, tout comme on doit se préoccuper aussi des mêmes eaux au niveau des habitations riveraines;

▪︎ Il faudrait s’assurer également que toutes les eaux récupérées passent effectivement par des exutoires dédiés à leur restitution à la nature, sans dommage quelconque.

☆ En particulier, les services de l’habitat et de l’urbanisme doivent être davantage vigilants face aux habitations hors-normes et les autres occupations illicites d’espace, comme les zones naturelles d’écoulement des eaux dans Grand Conakry;

☆ La problématique de la gestion des déchets solides doit être efficacement traitée à la fois sur le plan technique et de la culture citoyenne au niveau de nos populations;

☆ Au nom de l’inévitable interdépendance entre les services concernés, des commissions permanentes intersectorielles doivent fonctionnellement existées pour rendre beaucoup plus visibles et harmonieux les différents programmes à court, moyen et long termes de chaque intervenant dans cet urbain.

A lire aussi :   Burkina Faso: Un coup d'Etat militaire en cours !

En réussissant effectivement dans les mesures non exhaustives précitées, nos routes, nos habitations, notre intégrité physique seront en premier lieu moins affectées par les eaux ravageuses d’origine pluviale dans notre capitales et ses alentours.

Ensemble, rélevons ce défi majeur qui nous interpelle.