Décès d’El Hadj Ibrahima Sow: Voici la version des autorités

The dead man's body with blank tag on feet under white cloth in a morgue - retro style

« Le certificat de décès démontre qu’il est décédé de diabète, non de COVID-19, et pas à la maison centrale. Il est décédé à l’hôpital », déclare à mosaiqueguinee Sékou Keita, le conseiller en charge de la communication du ministère de la justice. Cette sortie du département vient éclairer les lanternes sur les folles rumeurs qui courent dans la cité accusant les autorités d’avoir torturé le sexagénaire jusqu’à ce que mort s’en suit.

El Hadj Ibrahima Sow a été interpellé en marge des violences post-électorales à Conakry. Sékou Keita poursuivant, explique qu’avant d’être mis en détention, le défunt a été testé positif au Covid-19.

« Ainsi, nous l’avons amené à notre centre épidémiologie de la maison centrale. Il y est resté du 28 octobre au vendredi 13 novembre. Il est sorti guéri. Dès qu’il est sorti, on l’a transféré dans une cellule normale. Mais à notre surprise, dimanche dernier, nous avons constaté qu’il est franchement souffrant. Mais cette fois-ci, ce n’était pas la COVID-19, c’est sa maladie ordinaire qui est le diabète. Donc, devant sa fille, on l’a pris immédiatement et l’a admis à l’hôpital Ignace Deen, au service d’urgence. On a fait toutes les prises en charge. On l’a contrôlé et le diabète qu’il avait était très élevé, on a pris tous les soins possibles. Et, c’était le dimanche passé. Maintenant, hier lundi, à 22h, on nous a signalé qu’il est décédé », précise t-il.

El hadj Sow est décédé lundi dernier. Il a été inhumé mardi 17 novembre 2020.

Par Fanta Karissy